– Elever nos enfants avec bienveillance (Première partie) –

Marshall Rosenberg était convaincu que notre nature profonde nous porte à aimer donner et recevoir dans un esprit de bienveillance. Nous observons cependant que nous avons parfois des habitudes de communication qui nous coupent de cet élan naturel à prendre soin.

L’une de ces habitudes sont les étiquettes que nous employons pour désigner quelqu’un : « il est maladroit », « elle est fainéante », « tu es une bonne mère/un bon père «, « ton fils est hyperactif », « ta fille est trop sensible ». Et notamment celle que notre société a adopté pour définir une personne qui appartient à une certaine tranche d’âge : l’enfant.

Appliquer le raccourci « enfant » n’est pas un souci en soi, pour peu que le fait d’utiliser cette étiquette ne nous amène pas à adopter un comportement qui soit différent de celui que nous aurions, par exemple, si nous étions en relation avec un autre adulte.

Marshall partage qu’on lui a appris à penser que le rôle d’un parent était de veiller à ce que les enfants soient bien élevés. Que lorsque ce parent se définit comme une autorité, il est de sa responsabilité de faire en sorte que la personne portant l’étiquette « enfant » ou « élève » se comporte d’une certaine manière. Or, exiger que quelqu’un fasse quelque chose sous la contrainte a pour seuls résultats probables qu’il s’y oppose, quelle que soit la demande, quel que soit son âge. L’autonomie et la liberté de choix sont menacés et la qualité de la relation n’est pas préservée; l’enfant n’a aucun élan à contribuer à ce que nous lui demandons.

Nous nous heurtons clairement à certaines limites lorsque nous cherchons à faire faire quelque chose à quelqu’un.

Je ne peux pas obliger mon fils à ranger ses jouets; je ne peux pas l’obliger à terminer son assiette ou à goûter aux légumes; je ne peux pas exiger qu’il dorme à l’heure où il serait juste pour moi de démarrer ma soirée; je ne peux pas lui imposer de me faire un bisou à chaque fois que je le souhaite.

Le seul pouvoir que j’ai, c’est de lui faire regretter de ne pas m’avoir obéi.

J’aspire cependant à vivre, pour ma part, des relations avec mes enfants qui soient basées davantage sur la confiance et la responsabilité.

Et vous ?

#cnv #nonviolence #communicationnonviolente #marshallrosenberg #lecture #lecturedumoment #lecturedusoir #inspiration #education #parentalité #parentalitépositive #parentalitebienveillante #parentalitéconsciente #parentalitéresponsable #bienveillance #bienveillanceeducative #pouvoiravec #conscience #responsabilité #choix #changementdeparadigme #étiquettes #freinsàlacommunication

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s