Le poids de nos mots

Hier en fin de matinée, dans une boutique d’un centre commercial, mon petit bonhomme de 4 ans s’est retrouvé coincé entre une porte d’entrée automatique et l’étal de lunettes de vue et de soleil qui mobilisait son intérêt quelques secondes auparavant. Il a perdu l’équilibre, bousculé par la porte, et est tombé, emportant au passage dans sa chute quelques paires de lunettes.

J’ai accouru et me suis assurée qu’il n’était pas blessé, avant même de chercher à comprendre ce qui c’était passé. C’est alors que j’ai aperçu une silhouette sortir du magasin sans s’arrêter (cette même personne qui était à l’origine de l’ouverture des portes automatiques) et entendu – en substance – ses mots : «Il n’avait rien à faire là!».

Sur le moment, je n’ai pas porté attention au contexte, ni aux pensées qui étaient les miennes, complètement présente à ce qui passait pour Merlin.

C’est une fois la frayeur derrière moi que ces mots se sont comme rappelés à ma mémoire et que, le temps d’une seconde, j’ai senti l’indignation me gagner : mon fils était en train d’hurler de peur et recevait le message qu’il l’avait bien mérité.

Non seulement il n’avait qu’à s’en prendre à lui-même mais en plus, à aucun moment, cette personne ne s’est inquiétée de savoir si il allait bien, si nous avions besoin d’aide ou simplement n’a pu manifester une forme de présence (ne parlons même pas d’empathie) à ce que mon fils traversait.

J’avoue que, sur le moment, certains comportements dépassent mon entendement (et puis je respire et me donne beaucoup d’empathie ❤ ce qui me permet de revenir au monde au départ d’un autre espace).

Les mots, lorsqu’ils accusent, ont un impact sur la construction, notamment, de l’estime de soi. Les mots ouvrent ou ferment le dialogue. Les mots inspirent ou asphyxient. Les mots blessent, les mots réchauffent, les mots restent, les mots détruisent, les mots créent un moment, les mots trahissent, les mots comptent, les mots s’échappent, les mots guérissent, les mots découragent, les mots soulagent les maux.

Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)
– merci Marshall 🙏 –

#cnv #nonviolence #communicationnonviolente #mots #impact #conscience #consciencedesoi #langage #PrendreSoin #vivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s