« Tu es comme tu es »

Et si, en écoutant les autres avec bienveillance, on apprenait à mieux se connaître ?

J’avais envie de vous partager ce petit conte dédié à Marshall Rosenberg, magnifiquement illustré par Gaia Bordicchia, à travers lequel Olivier Clerc rend accessible aux enfants les bases de la communication bienveillante.

Dès 4 ans.

Pompon le lapin est un peu perdu…  Il croise sur sa route Suzette la souris qui le trouve très grand – ce qui le rend plutôt fier – puis le voilà tout petit quelques instants plus tard aux yeux du cheval Grand Galop. Et alors que Ronald le renard, qu’il croise le lendemain, lui dit qu’il est méchant (parce qu’il ne prend pas le temps de jouer avec lui), Blaise le blaireau le trouve assez gentil et le remercie d’être venu passer un moment avec lui.  

Pompon n’y comprend plus rien et ne voit pas le sens. Comment peut-il être grand et petit, méchant et gentil, tout à la fois ?

Qu’en est-il réellement ?  

Pompon cherche des explications auprès de ses parents qui l’invitent tour à tour à se questionner sur quelques principes fondamentaux de la Communication NonViolente :

  • s’accueillir tel qu’il est – Extrait : « Je te trouve assez grand pour aller jouer seul avec tes copains, mais quand même trop petit pour rentrer seul à la maison quand il fait noir. Mais surtout, tu es mon Pompon, et je t’aime comme tu es. »
  • prendre responsabilité de ce qu’il vit en parlant de lui et de ce qu’il ressent – Extrait : « Et au lieu de dire « Ronald est méchant de me traiter de méchant », dis plutôt « Je suis fâché quand Ronald dit que je suis méchant ». Parce que toi si tu es en colère à ce moment-là, contre lui, quelqu’un d’autre peut l’aimer très fort et le trouver gentil. »
  • observer que les reproches que lui font certaines personnes sont l’expression de besoins non satisfaits chez eux – Extrait : « Visiblement, se dit Pompon, cette belette est très contrariée pour me traiter de méchant et de voleur. »
  • tenter d’aller voir derrière les mots ce qui se joue pour l’autre personne, de sorte à ce que les besoins de chacun soient nourris de manière harmonieuse – Extrait : « Alors, Pompon respira un grand coup et prit une voix toute douce : ‘Tu es fâchée parce que tu voulais manger ces trèfles ? » … « Si tu veux suggéra Pompon, en échange du trèfle que j’ai mangé, je peux t’emmener dans un endroit que je suis le seul à connaitre, où il y a beaucoup de fèves délicieuses. Cela te dirait ? »

Une pépite à découvrir pour les petits et les grands!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s